Au bout de la route

Là où l'asphalte et les certitudes finissent

4/16/2014

Lumière d'AMBRE

Publié par Marc Lafontan |

Pour Ambre / Boba / Babeth qui a su remplir ce blog et ensevelir ma boîte mail de ses commentaires parfois pertinents, parfois déjantés mais toujours généreux ... un sourire virtuel qui venait d'une sensibilité si écorchée par les douleurs du passé , mais qui pourtant réussissait ( parfois) à arracher un moment de paix dans le présent....je vais vraiment m'ennuyer de ne plus te lire  ....

Paix à ton âme copine, je pense que tu aurais aimé ce morceau de musique, ça te ressemble.... "Entre le feu et l'eau" ....







Y a Sylvie qui a écrit un tit mot aussi à sa copine ....



4/12/2014

Sélection photos du jour ( 69 photos)

Publié par Marc Lafontan |
3/31/2014

Dégénérescence

Publié par Marc Lafontan |

Après la déroute des deux tours des municipales, François Hollande a affirmé avoir bien reçu le message des Français. Il s’est ainsi engagé dès hier soir à ce que le prochain gouvernement mente aux Français avec plus de conviction.



Pour François Hollande, il est clair que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault n’a pas menti avec assez de conviction en affirmant qu’il allait s’attaquer à la crise et au chômage. « C’est pour cela que les Français se sont détournés de la gauche. Nous n’avons plus été capables de mentir avec force, la confiance est rompue, les électeurs savent qu’on se moque d’eux » a affirmé le président à ses conseillers. « Il nous faut des gens qui ont une vraie stature, qui soient capables de mentir sans que cela se voie, que l’opinion et les médias puissent totalement accrocher à ce que l’on raconte » ajoute le Président de la république qui aime à rappeler son discours du Bourget contre la finance. «Tout le monde l’a cru. Je veux des gens au gouvernement qui réussissent à faire la même chose, on doit trouver ces gens»
Source

ben elle va le chercher ( hey non, ce n'est même pas photoshoppé )



Voir Angie Fox pêcher à mains nues des poissons-chats dans l'Oklahoma (vidéo)  :

3/27/2014

Quand mon voisin joue au dentiste

Publié par Marc Lafontan |

Dans mon temps on faisait ça avec la fameuse poignée de porte ....



« La substitution logicielle, qu’elle serve aux conducteurs, aux serveurs ou aux infirmières, évolue. Au fil du temps, la technologie va faire chuter la demande pour ces emplois, et plus particulièrement en ce qui concerne les emplois peu qualifiés. D’ici à 20 ans, la demande de main-d’œuvre pour beaucoup de secteurs sera très inférieure. Je ne pense pas que les gens l’établissent dans leur modèle mental. »
Bill Gates la semaine passée lors d’une session organisée par le « think tank » The American Enterprise Institute.

©Alexander Jansson


“A force d’exiger des salariés et des fonctionnaires de se conformer le plus strictement possible aux prescriptions de leur poste, on leur inculque un attachement viscéral aux règles, bien au-delà de la simple adhésion pragmatique. On érige ainsi la psychorigidité au rang des vertus organisationnelles, faisant passer l’application du règlement au-dessus de l’intérêt des clients et des prestataires eux-mêmes. Prudence, méthode et discipline deviennent de véritables handicaps, qui interdisent l’adaptation à la nouveauté et l’agilité procédurale. Conséquences de cette surconformité acquise : une intériorisation des règles (devenues fins en soi et non plus moyens pour atteindre des buts) ; une diminution des relations interindividuelles ; une attitude soumise et passive qui fait fi – souvent sous le mode de la frustration – de toute autonomie et de toute créativité.”

Le sociologue américain Robert King Merton




Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes, il nous faut nous défaire de l’imaginaire de la sujétion.




 L’appauvrissement des uns constitue la condition même de l’enrichissement des autres, les dirigeants n’ont pas simplement plus de pouvoir que les dirigés, ils existent de par leur dépossession : dans une entreprise, le manager ne peut se penser et se vivre comme tout-puissant que si l’équipier est pensé et vécu lui-même, parallèlement comme impuissant ; de même dans une collectivité, l’élu ne se vit comme tout-puissant que si l’électeur est pensé comme impuissant. Le pouvoir des uns a toujours pour corollaire l’impouvoir des autres.”

Paul Ariès

3/20/2014

La Grande Alchimie

Publié par Marc Lafontan |




Chorégraphie et des jeux de lumière,  danseuses Saya Watatani et Maki Yokoyama sur une musique de Nobuyuki Hanabusa

3/20/2014

Mode printanière

Publié par Marc Lafontan |